9 place Arthur Honegger, 78180 Montigny-le-Bretonneux
 
Disponible de 9h à 16h
 
01 39 44 19 19

L'ostéopathie, une pratique manuelle

L’ostéopathie repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement. Elle prend en compte les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Elle place l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir.

Les ostéopathes utilisent une grande variété de techniques thérapeutiques manuelles pour améliorer les fonctions physiologiques et/ou soutenir l’homéostasie altérées par des dysfonctions somatiques, c’est à dire une altération ou une dégradation de la fonction des composantes concernées du système somatique : les structures squelettiques, articulaires, et myofasciales, ainsi que les éléments vasculaires, lymphatiques et neurologiques corrélés.

Les ostéopathes utilisent leur connaissance des relations entre la structure et la fonction pour optimiser les capacités du corps à s’auto-réguler et à s’auto-guérir. Cette approche holistique de la prise en charge du patient est fondée sur le concept que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles.

Organisation Mondiale de la Santé Benchmarks for training in traditional/complementary and alternative medecine (2010)

A qui s’adresse l’ostéopathie ?

Tout au long de la grossesse et lors de l’accouchement, le nouveau-né subit des pressions très importantes sur l’ensemble de son corps. Plus particulièrement sur son crâne et ce même si l’accouchement se déroule bien.

Ce phénomène de pression est amplifié si l’accouchement est très long ou au contraire très rapide et si des forceps ou une ventouse sont nécessaires pour extraire le bébé. Dans ce cas, le passage du nourrisson dans le bassin de la maman va parfois marquer son crâne et donc légèrement le déformer. Des tensions sont également présentes en cas de césarienne dues à la pression du col qui ne se dilate pas ou au contraire dues à un manque de pression via une césarienne programmée.

Ces tensions causées par l’accouchement peuvent entraîner chez le bébé, en plus des déformations du crâne, des troubles digestifs (régurgitations, constipation) mais aussi un état d’anxiété (pleurs, coliques) et un sommeil difficile. Ces tensions tissulaires peuvent être traitées dès les premiers jours de vie du nourrisson et peuvent prévenir l’apparition de ces symptômes.

Quand consulter pour votre bébé ?

  • Accouchement difficile : enroulement du cordon, siège, césarienne, passage difficile du nourrisson, prématurité, utilisation de forceps ou ventouse
  • Asymétrie de la tête du nourrisson : tête aplatie (plagiocéphalie), front aplati ou bombé, bosse, œil mi-clos
  • Torticolis, difficultés à tourner la tête d’un côté
  • Troubles de la succion
  • Troubles digestifs du bébé : régurgitations, vomissements, reflux, diarrhées, constipation
  • Agitation, tortillements, troubles du sommeil, pleurs, colères, coliques
  • Otites ou rhinites
  • Prévention : veiller au bon développement du bébé lors de passages importants tels que la marche à quatre pattes, le passage à la position assise, puis debout et le début de la marche

La croissance est une étape primordiale du développement. Elle se fait de façon plus ou moins rapide et peut occasionner des douleurs ou des déséquilibres ponctuels.

Le suivi ostéopathique de l’enfant et de l’adolescent est important pour que celui-ci ne grandisse pas avec des dysfonctionnements pouvant entraîner divers troubles une fois adulte. Pendant cette période de croissance, les dysfonctions les plus rependues sont les troubles de la posture, signes d’une mauvaise adaptation du corps. Les causes, qui peuvent être viscérales, traumatiques, crâniennes ou autres, seront déterminées par un diagnostic spécifique de l’ostéopathe. Des traitements adaptés amélioreront ces troubles vertébraux et permettront de corriger la posture.

Chez les enfants suivis en orthodontie, le port d’un appareil dentaire crée des tensions au niveau de la mâchoire et des os du crâne pouvant être à l’origine de stress, maux de tête, douleur au niveau de l’ensemble de la colonne ou encore des difficultés de concentration. De plus, si le patient a déjà des dysfonctionnements au niveau du crâne, ces derniers peuvent avoir un impact négatif sur le traitement orthodontique. Celui-ci aura alors moins d’effet et/ou sera plus douloureux pour les patients. Il est donc primordial d’installer un suivi ostéopathique en parallèle du suivi orthodontique.

Quand consulter pour votre enfant et/ou votre adolescent ?

  • Prévention : bilan annuel, suivi lié à l’activité sportive, port d’un appareil dentaire
  • Trouble de la posture : Scoliose, attitude scoliotique, « enfant qui ne se tient pas droit »
  • Mal de dos, douleurs musculaires, ostéoarticulaires
  • Maux de tête, céphalées, migraines, douleurs suite au port d’un appareil dentaire
  • Soulagement de la douleur lié aux troubles des cartilages de croissance (Osgood-Schlatter, Severs, Scheuermann)
  • En cas de port de semelles orthopédiques ou talonnettes
  • Tendinites (tendon d’Achille, coude, épaule…), douleurs des adducteurs et pubalgies
  • Douleurs abdominales, diarrhées, constipation, ballonnements, régurgitations
  • Soulagement des douleurs liées aux règles, endométriose
  • Troubles du sommeil
  • Difficultés de concentration, dyslexie, énervement, hyperactivité, torticolis
  • Pleurs fréquents, enfant renfermé
  • Consultations post-traumatiques

Que vous soyez chez vous ou au travail, chacun passe quotidiennement de nombreuses heures dans la même posture, ou à répéter le même mouvement.

Être assis devant un ordinateur, porter des objets, faire un travail manuel, faire le ménage, travailler dans des positions pénibles ou simplement ressentir du stress, sont les causes de nombreux troubles.

À l’écoute de ces affections liées à votre quotidien, l’ostéopathe utilise une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions qui peuvent affecter l’ensemble du corps humain.

Quand consulter ?

  • Mal de dos : lumbago, douleurs lombaires, dorsales, cervicales, torticolis
  • Névralgies : sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale, névralgie intercostale
  • Douleurs pelviennes, pubalgies, sacralgies, douleurs du coccyx
  • Incontinences urinaires et anales fonctionnelles
  • Suites d’opérations
  • Maux de tête, migraines
  • Douleurs musculaires : contractures, crampes, claquages, raideurs, tendinite
  • Soulagement de l’arthrose, arthrite, ostéoporose
  • Douleurs articulaires : hanche, genou, cheville, doigts, épaule, cou
  • Troubles digestifs : douleurs abdominales, colopathie fonctionnelle, diarrhées, constipation, ballonnements, douleurs épigastriques, reflux gastrique
  • Consultations post-traumatiques
  • Troubles du sommeil, déprime, dépression, angoisse, nervosité, stress
  • Soulagement des douleurs liées aux règles, endométriose

Au fil des ans le corps est sujet à des transformations qui, progressivement, entraînent des diminutions de l’ensemble de ses fonctions, favorisant l’apparition de restrictions.

Celles-ci peuvent engendrer perte d’autonomie et isolement, et avoir une incidence non négligeable sur le plan psychologique et social.
Être suivi le plus tôt et le plus régulièrement possible par un ostéopathe permet de retrouver et de renforcer ses fonctions en travaillant sur la mobilité générale de son corps.

Maintenir un bon état global, physique, et psychique par une action de prévention tout au long de la vie, garantit son capital santé. Par exemple, les traitements ostéopathiques améliorent l’équilibre, diminuent les douleurs ressenties à courts et longs termes et participent ainsi à l’amélioration de la qualité de vie.

Quand consulter ?

  • Mal de dos : lumbago, lombaires, dorsales, cervicales, hernie discale, protrusion discale
  • Névralgies : sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale, névralgie intercostale
  • Douleurs pelviennes : pubalgies, sacralgies, douleurs du coccyx
  • Incontinences urinaires et anales fonctionnelles
  • Maux de tête, certains vertiges
  • Douleurs musculaires : contractures, crampes, claquages, raideurs, tendinite
  • Arthrose, arthrite, ostéoporose
  • Douleurs articulaires : hanche, genou, cheville, doigts, épaule, cou
  • Troubles digestifs : douleurs abdominales, colopathie fonctionnelle, diarrhées, constipation, ballonnements, douleurs épigastriques, éructations abondantes, reflux gastrique
  • Troubles du sommeil, déprime, dépression, angoisse, nervosité, stress

Une dysfonction, qu’elle soit articulaire, musculaire, ligamentaire ou viscérale, peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. Celui-ci se manifeste chez le sportif par différents symptômes, de la simple contracture à la douleur chronique, altérant les performances.

Par son action spécifique sur l’ensemble du corps, l’ostéopathe sait reconnaître et traite les véritables causes des douleurs limitant la pratique de l’activité sportive.

Par son efficacité, il améliore le potentiel et la puissance musculaire, la souplesse articulaire et la capacité respiratoire. Le traitement ostéopathique permet également une meilleure concentration avant l’épreuve et une récupération optimale après l’effort.

Quand consulter ?

  • Prévention : bilan annuel, préparation compétition, avant le début d’une activité, amélioration des performances
  • Mal de dos, scoliose, douleur articulaire
  • Antécédent de fracture, d’entorse, de chirurgie
  • Entorse, tendinite (tennis ou golf elbow, tendon d’Achille)
  • Douleur musculaire : contracture, claquage, élongation, rupture et désinsertion
  • Pubalgie et pathologie des adducteurs (football)
  • En cas de port de semelles orthopédiques
  • Essoufflement à l’effort, récupération difficile (entre et après les épreuves)
  • Luxation et périarthrite
  • Post-opératoire, après un traumatisme

Chez un couple en bonne santé, la procréation est possible que s’il n’existe pas de tensions pouvant perturber le fonctionnement de la zone gynécologique : utérus, ovaires, trompes, testicules, conduit déférent, prostate, ligaments, système digestif, bassin osseux, etc.

Ces tensions sont à l’origine d’un manque de mobilité des structures et des tissus. Elles peuvent être dues à une chute importante même ancienne, à un accident de la route, à un choc traumatique émotionnel, à des infections chroniques de la sphère pelvienne, à des cicatrices chirurgicales, etc.

La reproduction est permise grâce à des mécanismes dépendant à la fois du système nerveux, du système hormonal et du psychisme. Il existe des causes centrales (Hypophyse et Hypothalamus qui se trouvent dans la boîte crânienne, ainsi que la thyroïde) et des causes périphériques (utérus, ovaires, trompe, ligaments, etc.) à l’infertilité. Dans les deux cas elles ont très souvent une origine mécanique.

C’est justement lorsque l’infertilité a une (ou plusieurs) cause(s) mécanique(s) aussi appelées infertilités fonctionnelles, que la prise en charge ostéopathique a un vrai intérêt.

Quand consulter ? 

Désir de grossesse : prévention ou accompagnement des troubles de la fertilité

La grossesse s’accompagne de nombreux changements au niveau du corps et ce dans un laps de temps court. Or, si celle-ci survient alors que le corps présente des tensions, dysfonctions ou restrictions de mobilité, l’adaptation à ces changements en sera perturbée et des douleurs pourraient apparaître et dans le pire de cas provoquer des tensions intra-utérines et des pressions sur votre bébé. Le but de l’ostéopathe sera dans ce cas, comme toujours, de réharmoniser le corps de la patiente afin que ce dernier retrouve toutes ses capacités d’adaptation.

Le plus souvent, la prise de poids rapide entraîne une modification de la posture et provoque des douleurs de la colonne vertébrale, le plus souvent lombaires et dorsales, pouvant parfois aller jusqu’à la lombalgie aiguë (lumbago), la sciatique ou le torticolis. Elle entraîne également des modifications au niveau du système digestif pouvant provoquer certains troubles (nausées, constipation, lourdeurs).

Le traitement ostéopathique permet de faire regagner de la mobilité sur l’ensemble du corps et plus précisément au niveau de la région thoraco-abdominale et sur l’ensemble du bassin. Ce gain de mobilité permet de favoriser la mobilité du fœtus et diminue le risque de présentation en siège lors de l’accouchement. Il est d’ailleurs utile de consulter son ostéopathe en fin de grossesse pour préparer son bassin à l’accouchement et prévenir les fortes contraintes que ce dernier subira lors du passage du bébé.

Pendant la grossesse :

  • Prévention : Suivi de la grossesse au cours des trois trimestres, préparation de l’accouchement
  • Mal de dos : lombalgie (lumbago), sciatique, cruralgie, dorsalgie et cervicalgie
  • Douleur pelvienne : pubalgies, sacralgies, douleurs du coccyx
  • Douleurs abdominales, constipation, ballonnements, nausées et vomissements, contractures du diaphragme
  • Douleurs thoraciques et intercostales
  • Angoisse, fatigue, oppression, troubles du sommeil, déprime ou dépression (baby blues)
  • Maux de têtes et certains vertiges
  • Troubles circulatoires (phlébites, jambes lourdes, rétention d’eau, œdèmes)

Après l’accouchement :

  • Prévention : bilan post-partum, préparation à la rééducation périnéale
  • Douleurs lombaires et pelviennes (sacrum, coccyx et périnée), dorsales et cervicales
  • Incontinence urinaire et anale fonctionnelle
  • Douleurs pendant les rapports sexuels
  • Césarienne et péridurale
  • Baby blues, angoisse, dépression, fatigue, stress

La prévention vise à favoriser le maintien des personnes en bon état de santé. Même si nous n’avons pas de douleurs, nous sommes tous porteurs de dysfonctions. Les symptômes associés à ces dysfonctions ne se manifestant pas lorsque l’organisme réussit à s’adapter et à compenser l’élément perturbateur.
Cependant, leur nombre, leur ancienneté, un contexte de fatigue ou de stress peuvent nuire à la capacité d’adaptation de notre corps et favoriser l’apparition de troubles en liens avec ces dysfonctions. Les neutraliser en amont permet donc de prévenir l’apparition de nouvelles douleurs.
Grâce à un bilan fonctionnel, l’ostéopathe est capable de détecter certaines dysfonctions susceptibles de produire des troubles de l’état de santé et ce, même en l’absence de toute manifestation symptomatique. Grâce aux traitement, l’ostéopathe est en mesure d’agir en amont de la dégradation de l’état de santé de ses patients et d’effectuer une action préventive.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.